Compo Viennoise pour la 8ème de finale retour !

Incroyables tombeurs de l’ogre Cognac-Saint Jean au match aller le weekend dernier (19-06) en ayant fait mentir tous les pronostics, les viennois disputent leur huitième de finale retour sur la pelouse du stade municipal de Saint Jean d’Angely (Charente Maritime) ce dimanche. Malgré leur treize points d’avance au compteur, ils savent qu’il sera compliqué de se qualifier.

Tout ceux qui ont assisté au match aller dimanche dernier à Etcheberry l’ont forcément eu dans un coin de la tête toute la semaine. On n’oublie pas si facilement une telle solidarité défensive, une telle débauche d’efforts et de générosité, mais aussi un réalisme de haute volée face aux poteaux qui a permis aux Ciel et Blanc de réussir le match parfait contre une équipe qui n’avait plus connu l’échec depuis six mois et demi. Malgré une météo digne de la Toussaint, on a retrouvé cette petite musique qu’on aime tant, celle des phases finales, de leurs belles histoires et de leurs surprises… le petit qui mâte le grand, les amateurs déchaînés qui donnent la leçon aux professionnels un peu sûrs de leur fait, celui qui n’est pas attendu du tout, mais qui pourtant s’invite à la fête ! Seulement voilà, cette agréable mélodie risque de ne pas résonner longtemps, les viennois n’auront plus pour eux l’effet de surprise ce dimanche. Les joueurs de l’UCS sont repartis des bords du Rhône sérieusement secoués, vexés, et ils se sont promis de remettre les pendules à l’heure chez eux.

« Treize points c’est pas grand chose ! »

Matthieu Lazerges, l’entraîneur viennois a bien conscience qu’à la mi-temps de ce huitième de finale, son équipe n’a rien gagné. « Treize points d’avance, ce n’est pas grand chose, quand on regarde la saison de l’UCS. Ils ont atomisé tout le monde chez eux ! » Difficile de donner tort au technicien viennois tant les charentais ont survolé leur poule cette année, mais on pourra lui objecter que lors de la saison régulière, même à l’extérieur, les charentais n’avaient pas souvent perdu, et ils se sont pourtant inclinés à Vienne ! « Personne ne nous voyait gagner le weekend dernier, donc on y va sans pression, on sait que ça sera très compliqué, il faut essayer de faire un bon match et de voir si on est capable de résister à cette furia attendue sur leur pelouse, ça dépendra surtout de nous et de nous seuls ». Il faudra pour cela que tous les organismes aient digéré les efforts du match aller  : « On a fait une semaine très light » poursuit Matthieu Lazerges, « Le match aller nous a beaucoup marqué physiquement, il y a eu pas mal de bobos, on a donc fait deux séances d’entraînement légères et déploré pas mal d’absences ».

Une météo de fidjiens ?

La pluie et le vent avaient été des alliés appréciés pour les viennois dimanche dernier, leur générosité et leur solidarité ayant fait merveille au niveau du jeu d’avant dans ces conditions face à l’armada internationale de l’UCS qui n’avait pas vraiment pu s’exprimer, mais ce weekend c’est un tout autre programme qui est prévu par Météo France  : grand soleil et 25 degrés au thermomètre ! « C’est sûr que ce très beau temps annoncé leur sera forcément favorable » détaille Matthieu Lazerges « il ont une très grosse capacité à tenir le ballon et à dérouler, ils auront des conditions idéales pour cela. Mais encore une fois je le répète, la question est de savoir si nous sommes capables de rivaliser une seconde fois avec cette grosse équipe, et nous seuls détenons la réponse ! »  Dimanche dernier, Christian Short -trente huit ans et demi- avait montré le chemin à suivre à ses coéquipiers en réalisant un match exceptionnel sous un ciel irlandais, il faudra ce weekend savoir remettre le couvert, cette fois dans des conditions estivales.

Dans l’équipe du CSV alignée à Saint Jean d’Angely dimanche, deux changements seulement dans le XV de départ par rapport au match aller, les titularisations d’Antoine Chevrier en seconde ligne et d’Adrien Lebas en troisième ligne, Frederic Montagnat et Josselin Pivot sont de retour -de blessure- sur le banc.