𝗣𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻.
Denis Chorot, je suis membre du comité directeur et je m’occupe également du partenariat. Pendant les jours de match, je tends également la main aux buvettes et aux réceptifs partenaire.

𝗗𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗾𝘂𝗮𝗻𝗱 𝗲𝘀-𝘁𝘂 𝗯𝗲́𝗻𝗲́𝘃𝗼𝗹𝗲 𝗮𝘂 𝗰𝗹𝘂𝗯 ? 𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗽𝗮𝗿𝗰𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗲𝗻 𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗯𝗲́𝗻𝗲́𝘃𝗼𝗹𝗲 ?
Je suis bénévole au club depuis 17 ans. J’ai suivi un groupe d’anciens rugbymans « les Kilz’y vienne ». Ce groupe a rencontré des difficultés en raison de la descente en fédérale 3. En tant qu’ancien rugbyman des Kilz’y nous avons essayé de faire regagner au club des lettres de noblesse.

𝗘𝘀𝘁-𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘁𝘂 𝘃𝗶𝗲𝗻𝘀 𝗱𝘂 𝗺𝗶𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗹’𝗢𝘃𝗮𝗹𝗶𝗲 ?
J’ai découvert le rugby grâce à Jacques Buthion (ancien joueur à Vienne et également ancien dirigeant de la Sevenne) qui m’a proposé de jouer au rugby.
Auparavant je n’avais jamais touché un ballon de rugby. La première année je ne jouais pas à Vienne mais je faisais partie du bus retour ! Je me suis fait rapidement une bande de copains.

Puis j’ai joué en équipe trois avec quelques remplacements en équipe réserve.
J’ai également pratiqué le rugby à Villette de Vienne donc à la Sevenne. À l’époque avec Philippe Grandjean, Christophe Bazin et Fréderic Diaféria nous avons participé à la demi-finale de championnat de France de 2ème ou 3ème série.
J’avais le poste d’ailier mais j’ai aussi été ouvreur en marquant deux essais.

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗮𝘀-𝘁𝘂 𝘃𝗼𝘂𝗹𝘂 𝗱𝗲𝘃𝗲𝗻𝗶𝗿 𝗯𝗲́𝗻𝗲́𝘃𝗼𝗹𝗲 𝗮𝘂 𝗰𝗹𝘂𝗯 ? 𝗘𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗹𝗲 𝗰𝗹𝘂𝗯 𝗱𝗲 𝗩𝗶𝗲𝗻𝗻𝗲 ?
Le CS Vienne m’a accueilli les bras grands ouverts. Je suis natif de Saint Marcelin et je n’avais pas beaucoup de connaissances à Vienne. Jacques Buthion m’a aidé à rencontrer beaucoup de personnes.
J’ai suivi mon groupe de copains composé de Laurent Bazin, Philippe Grandjean et Rémi Meuriot afin de reprendre le club. Je me sentais redevable à ce club qui m’avait permis de rencontrer mes amis. Je suis heureux de passer du temps au club.

𝗤𝘂𝗲 𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲 𝗹𝗲 𝗿𝘂𝗴𝗯𝘆 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘁𝗼𝗶 ?
Plus jeune je pratiquais le foot à haut niveau. Avant l’âge de mes 20 ans je n’avais jamais touché un ballon de rugby mais avec le temps c’est devenu une passion complète. Je regarde souvent des matchs à la maison et je m’intéresse aux actions de jeu, aux fautes etc.
Dans la vie j’ai deux passions : le vin et le rugby.

𝗘𝘀𝘁-𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝗿𝘂𝗴𝗯𝘆 𝗮 𝗱𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝗽𝗲𝗿𝗰𝘂𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘁𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗼𝘁𝗶𝗱𝗶𝗲𝗻 ?
Professionnellement, le rugby a eu une place importante. J’ai commencé seul à travailler aux Vins de Vienne et j’ai voulu transmettre l’esprit rugby.
C’est-à-dire l’importance de ne pas être individualiste dans le travail mais d’apporter et de donner pour les autres. Cet esprit d’entraide et de troisième mi-temps occupe une grande place dans ma façon de fonctionner.

De plus, ma femme est issue d’une famille de rugbymans. Mon beau-frère Pierre-Jean Vanel était joueur de troisième ligne de devoir lorsque Vienne était en groupe A.
J’ai également ma deuxième fille, un neveu, une nièce ainsi que mon futur gendre qui prêtent main forte à l’équipe des bénévoles. J’ai transmis ma passion !

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗿𝗼̂𝗹𝗲 𝗱𝗲 𝗯𝗲́𝗻𝗲́𝘃𝗼𝗹𝗲 𝗹𝗲 𝘁𝗲𝗺𝗽𝘀 𝗱’𝘂𝗻 𝗺𝗮𝘁𝗰𝗵 ?
De façon plus générale, l’apport d’un salarié supplémentaire pour la préparation des buvettes a permis d’aider énormément l’équipe des bénévoles. C’est un vrai atout d’avoir une personne efficace dans la logistique.
Avant la venue d’Alex Louchet, je préparais la buvette ouest et les espaces réceptifs pour les partenaires. Je participe à l’accueil des partenaires, j’aime être en contact avec ces derniers mais également leur proposer des vins de qualité.
Durant 5 ans j’ai été responsable des bénévoles, ce qui m’a permis de beaucoup apprendre sur les relations humaines.
Être bénévole c’est un moment de partage, d’amitié et d’échange. Nous sommes tous réunis à travers une passion commune : LE RUGBY !

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗮𝘃𝗶𝘀 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝗳𝗼𝗿𝗺𝗮𝗻𝗰𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗻𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗲́𝗾𝘂𝗶𝗽𝗲 𝗽𝗿𝗲𝗺𝗶𝗲̀𝗿𝗲 𝗲𝗻 𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗯𝗲́𝗻𝗲́𝘃𝗼𝗹𝗲 𝗺𝗮𝗶𝘀 𝗮𝘂𝘀𝘀𝗶 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲́ 𝗱𝗲 𝗿𝘂𝗴𝗯𝘆 ?
Depuis plusieurs années, je constate que le groupe est complémentaire et très solidaire. Chaque joueur apprend de l’autre. Selon moi, la réception de Hyères Carqueiranne à domicile était l’une des plus belles rencontres depuis 4 ans.
Les victoires face à Hyères Carqueiranne et Mâcon démontrent la force d’esprit de notre équipe première. Je sens que c’est un groupe mûr et également heureux de jouer ensemble.
Je suis confiant et persuadé que notre équipe première ira loin dans les phases finales. Si on atteint les demi-finales de cette phase finale, il s’agira de la plus belle des victoires.

Continuons de grandir ensemble.